Nicolas Maurice Belay : "ça fait plaisir de retrouver la Ligue 1"

17/04/2017
De retour sur le banc bordelais 1 an et 3 mois après sa blessure, Nicolas Maurice Belay a hâte de disputer son 315e match de Ligue 1. En attendant il savoure la victoire à Nantes et la fin de saison.

Nicolas, ton dernier match en Ligue 1 c'était le 16 janvier 2016 (victoire face au LOSC, 1-0). On imagine que tu as dû trouver le temps un peu long non?

Oui très très long ! Ca fait plaisir de retrouver la Ligue 1 avec en plus, un très beau stade, une belle ambiance et une victoire à Nantes (1-0).

La fin de saison arrive rapidement, il ne reste que quelques matches. Toi tu es en fin de contrat en juin, est-ce important pour toi d’avoir du temps de jeu ?

Bien sur c’est important, même à titre personnel. Quand ça fait longtemps que tu n’as pas joué, tu veux forcément beaucoup jouer. C’est à  travers les entraînements qu’on essaye de donner le maximum pour pouvoir être pris le week-end.

On t’as vu prendre du plaisir pendant l’échauffement, comment le groupe a-t-il réagi lorsqu’il a appris ta convocation ?  As-tu eu des petits mots de la part des anciens, des joueurs ?

Oui bien sûr, ils m’ont même chambré ! Tu sais, quand tu pars pendant un bon moment, les mecs te demandent carrément de chanter une petite chanson ! (Rires)

Et alors tu as chanté à l’hôtel à Nantes ?

Non j’ai refusé quand même ! (Rires) Sinon sérieusement, tout le monde était content pour moi, ça me fait très plaisir, cette manière dont ils étaient heureux pour moi. Je suis vraiment content d’avoir participé avec eux -même si je ne suis pas rentré en cours de jeu- parce que ça fait du bien moralement. Mais surtout nous sommes un très bon groupe, on vit très bien. On est en train de le démontrer depuis 2017 et on espère que ça va continuer encore.

Il y  a sans doute une finale qui se projette lors de l’avant dernière journée contre Marseille (le 13 mai). D’ici là le but est de continuer à mettre la pression pour garder cette 5ème place ?

C’est surtout de rester sur notre dynamique, car on est très bien en ce moment. Il faut continuer là-dessus, ne pas se voir trop beaux et après on verra ! 

 

Propos recueillis par Olivier SCHWOB, envoyé spécial à Nantes 

A lire également